La musique en braille

Vidéo de deux élèves déchiffrant une partition de formation musicale en braille:

Exercices de lecture braille

 

La musicographie braille

Le système braille est basé sur soixante-quatre signes résultant de la combinaison de six points. Cela permet la lecture, les signes mathématiques, un abrégé et l’écriture de la musique. Ce système créé par Louis Braille a été officiellement adopté dans les classes en 1830.

Il est important de connaître le braille littéraire avant d'aborder le braille musical. Ne serait-ce que pour se repérer dans un livre: titres, pages, la lecture des nuances ou indications de mouvements…

La difficulté de la musique en braille est liée au fait qu'à partir d'une lecture verticale et dans l'espace, la transcription se fait par une suite de signes linéaires…

Vous trouverez dans cette rubrique quelques signes de base de la musique en braille. Pour des renseignements complémentaires vous pouvez vous procurer le « Nouveau Manuel International de notation Musicale Braille » auprès de l'Association Valentin Haüy ou consulter ce site Internet.

 

Figures de notes et figures de rythmes

En braille, la note est donnée par un signe qui indique en même temps son nom et sa valeur.


Figures de silences

figuresdesilences


Les signes d'octave

La hauteur et le nom de la note ne sont pas donnés par une clé mais un signe spécifique. Il n’y a pas de portée, seulement une série de signes d’octave.

Le signe d'octave est placé immédiatement avant la note qu'il concerne, sans signe intermédiaire.

La première note d'un morceau doit être précédée de son signe d'octave. Pour les notes suivantes, voici les règles:

- Si la note suivante forme une seconde ou une tierce montante ou descendante, elle ne reçoit pas de signe d'octave, même si elle se trouve dans une octave différente.

- Si elle forme une quarte ou une quinte ascendante ou descendante, elle reçoit un signe d'octave que si elle se trouve dans une octave différente de celle de la note précédente.

- Si elle forme une sixte ou plus, elle doit toujours avoir son propre signe d'octave.

------- 1er octave
  2ème octave
  3ème octave
  4ème octave
  5ème octave
  6ème octave
  7ème octave

 


Indications en début de portée

Les clés

La clé figurant sur la partition est écrite en braille au début de la pièce musicale seulement.

------- Clé de sol
  Clé de fa

La note suivant le signe de clé doit avoir un signe d'octave.

Chiffres indicateurs

La mesure se place au début du morceau.

Chiffres indicateurs à deux nombres:

--------

 

------ c
  c barré

Les altérations

----- Dièse ----- Double dièse
  Bémol   Double bémol
  Bécarre      

Les signes de dièse, bémol et bécarre sont placés avant les notes, intervalles ou autres signes auxquels ils se rapportent. Ils ne doivent pas être séparés par des signes autres que des signes d'octave.

 


Le triolet

Le signe triolet  précède la 1re des trois notes formant le triolet. Lorsque le texte renferme plus de trois triolets consécutifs, le signe 

est doublé  avant le premier triolet et replacé à nouveau avant le dernier.

La note pointée

Le point ou le double point se placent immédiatement après la note ou le silence auxquels ils sont appliqués. Le signe de point est 

Le double point est 

Les barres de mesure

Un espace entre les mesures ou le retour à la ligne représentent la barre de mesure.  Ainsi, lorsque la transcription d'une mesure demande d'aller à la ligne en cours de mesure, on utilise le guidon 

Il se place après le dernier signe de la ligne et il indique que la mesure n’est pas terminée.

----

La double barre (fin d'un morceau)

 

La double barre (fin de section dans un morceau)

 

Signes de reprises

---- Double barre suivie de points, début de reprise
  Double barre suivie de points, fin de reprise

 

Répétitions spécifiques au braille

Le signe  sert à indiquer une répétition de mesure totale ou partielle.

Lorsqu'il s'agit d'une répétition entière de la mesure, le signe de répétition est placé entre espaces.

Si la mesure est répétée plus de deux fois consécutives (à partir de quatre), on ajoute au signe de répétition, un signe numérique et le nombre.

Exemple: 

On évite de commencer une ligne par un signe de répétition. Toutes les indications d'articulation, les liaisons de phrasé... sont comprises dans la répétition.

Abréviations partielles

Lorsqu'un passage (de plusieurs mesures consécutives) doit être immédiatement répété, un nombre (signe numérique + nombre) placé entre espaces indique combien de mesures compte ce passage. Exemple: 

Si l'on souhaite ne répéter qu'une partie du passage, on place deux nombres entre espaces. Par exemple  signifie que sur les cinq mesures précédentes, il faut rejouer les quatre premières seulement. La première note de la mesure suivante doit être munie de sa clé d'octave.

 


Les liaisons

Liaisons de phrasé

Le signe  indique une liaison entre les notes. Pour une liaison entre plus de quatre notes, le signe est doublé entre la première et la deuxième note et rappelé entre l'avant dernière et la dernière note.

Pour une grande liaison s'appliquant à une phrase musicale on utilise alors avant la première note  et 

après la dernière note. Quand une note est à la fois le début et la fin d'une grande liaison, elle est précédée des quatre signes ci-dessus. On peut combiner les deux types de liaison.

Liaisons de prolongation

La liaison de prolongation est 

et il se place entre les notes concernées.

Lorsqu'il s'agit d'un accord dont toutes les notes sont prolongées avec celles de l'accord suivant on utilise  . Dans une succession de plus de quatre accords syncopés, on peut doubler le signe à la première et faire un rappel après l'avant dernier accord.

 


Les nuances

Dans la partition elle-même, ces indications se placent avant le passage auquel elles se rapportent, elles sont toujours précédées du signe  appelé parolier qui évite la confusion entre caractère alphabétique et signe musical.

La nuance piano (p sur la partition) devient  (lettre p précédé du signe parolier).

Le retour au texte musical après une indication de mouvement se voit par le signe d'octave.

ou Crescendo

Quelques signes d'articulation

---- Piqué
  Accent agogique (petit trait), tenuto
  Accent (smorzando)

Ces signes sont placés avant la note affectée.

---- Le point d'orgue

Il se place après la note ou le silence qui en sont affectés.


Les intervalles

Dans les accords où les notes sont de valeur égale, on n'écrit qu'une note. Les autres sont indiquées par l'intervalle quiles sépare de la première.

Dans les accords qui appartiennent à la série des notes hautes (soprano, alto, violon, alto (instrument), main droite au piano, à l'orgue et à la harpe), on écrit la note supérieure; les autres sont exprimées par des intervalles descendants.

Dans ceux qui appartiennent à la série des notes basses (ténor, basse, violoncelle, main gauche au piano, à l'orgue et à la harpe), on écrit la note inférieure; les autres sont exprimées par des intervalles ascendants.

 

Les signes d'intervalles:


---- Seconde

  Tierce
  Quarte
  Quinte
  Sixte
  Septième
  Octave

L'unisson : exemple do (muni de son signe d'octave et signe d'octave avec le même numéro d'octave) 

Lorsque l'accord comporte des intervalles dépassant l'octave, on utilise par exemple le signe de tierce pour la dixième en ajoutant une clé d'octave adéquate.

Exemple: 

---- Accord en arpège montant
  Accord en arpège descendant

 


La musique à plusieurs voix

Découpage de la mesure

Quand, dans une mesure, des parties devant être exécutées simultanément renferment des notes de valeurs différentes, on écrit ces parties les unes à la suite des autres, en les séparant au moyen d'un des signes de copules. Il est placé sans espace entre les différentes parties.

La note qui suit une copule doit être munie de son signe d'octave. De même, quand une mesure se termine par une copule, la première note de la mesure suivante doit être munie de son signe d'octave.

L'ordre dans lequel les parties sont écrites correspond au sens des intervalles.

---- Copule de mesure complète
  Copule de mesure partielle
  Sectionnement de la mesure pour copule de mesure partielle

Parties simultanées, se rencontrant sur une même note

Lorsque deux parties se rencontrent sur la même note (ce qui se reconnaît sur le texte en noir par une note à double queue), la plus petite s'écrit en note réelle et la plus grande sous forme de signe de queue.

Signes de queue précisant la durée:

---- La ronde
  La blanche
  La noire
  La croche
  La double croche
  La triple croche

 


Partition instrumentale

Musique de piano

---- Signe de main droite
  Signe de main gauche

Les doigtés

Les signes de doigtés se placent après la note ou le signe d'intervalle représentant la note. Seul le point peut s'intercaler entre la note et le signe de doigté.

Lorsqu'il y a substitution, c'est à dire changement de doigté sur une même note les chiffres sont reliés par une petite liaison .

---- Premier doigt
  Deuxième doigt
  Troisième doigt
  Quatrième doigt
  Cinquième doigt

Instruments à cordes

---- Pouce
  Premier doigt
  Deuxième doigt
  Troisième doigt
  Quatrième doigt
  0 corde à vide

 


Ordre de succession des signes musicographiques

Une partition ne se limite pas à une suite de note. Chaque  signe de la portée a un signe correspondant en braille. Ainsi avant et après la note il peut y avoir de nombreux signes. Ceux-ci sont toujours dans le même ordre.

Avant la note :

1. Clé figurant sur le texte en noir
2. Pédale appuyée (piano), corde ou position (instrument à cordes)
3. Nuance (marque d'intensité du son)
4. Signe de main, indication concernant l'archet
5. Commencement d'une liaison de phrasé
6. Triolet, groupe ou frappé
7. Arpeggio
8. Articulation ou accentuation (piqué, détaché, louré, staccato...)
9. Ornement mélodique
10. Altération
11. Clé d'octave

NOTE

Après la note:

1. Point d'augmentation (note pointée)
2. Doigté, corde à vide ou son harmonique
3. Fractionnement ou tremolo
4. Liaison. Fin d'une liaison de phrasé ou lié syncope
5. Virgule (respiration) ou point d'orgue.
6. Pédale levée (piano).

Triolet, note pointée et barres de mesure